Nos seniors nous parlent : Les Femmes Historiques

Classé dans : Articles, Maison de retraite | 0

 

3Lorsque l’on parle des femmes influentes dans l’histoire, des femmes qui ont marqué leur époque par leurs pensées, leurs découvertes, leur physique ou leur influence, les personnes citées peuvent être surprenantes.

Ainsi à l’Etoile du jour, l’une des premières personnalités à ressortir est Brigitte Bardot. Sa plastique autant que ses talents d’actrice et de chanteuse semblent faire l’unanimité. A la grande époque, Madame Gonnet se demandait même si elle pourrait lui ressembler aussi bien physiquement que moralement, car sa bataille pour sauvegarder les animaux l’a toujours marquée. Le pouvoir que Brigitte Bardot avait sur les hommes, son sex-appeal a marqué l’histoire.

Dans un registre plus classique mais qui pouvait jouer sur les mêmes atouts, les dames de l’atelier ont cité Marie-Antoinette. Elle attirait les regards, était instruite, avant-gardiste. Critiquée parce qu’elle dépensait beaucoup d’argent, à cause de ses amants et de sa coquetterie, elle a inventé des coiffures extravagantes et porté des robes que toutes lui enviaient. Sa montée au firmament et sa descente aux enfers ont cristallisé sa célébrité. Tout comme Jeanne d’Arc qui à une époque pourtant si lointaine a réussi à s’imposer au milieu des hommes pour aller jusqu’à diriger une armée. Ce sont de4s exemples historiques du pouvoir des femmes.

Plus récemment, celle qui récolte toutes les voies grâce à son combat pour les femmes est sans conteste Simone Weill. Toutes s’accordent sur le fait qu’elle a fait avancer comme jamais la condition de la femme par ses lois sur l’avortement. Madame Goyet, Madame Monni, Madame Roux, chacune d’entre elles a senti un changement dans sa vie, quelque chose de concret, de réel. Dans cette lignée, les femmes comme Elisabeth Guigou, Michelle Alliot-Marie, Rama Yade, Angela Merkel font la fierté de la gente féminine par leur poigne et leur classe dans ce milieu si difficile qu’est la politique. Il est vrai qu’avec la poussée du féminisme, il est plus dur de faire ressortir une seule personnalité qu’à l’époque où les femmes étaient réduites à être au foyer.

Puis parmi 5ces femmes remarquables, il y en a certaines qui ne sont connues que d’un petit nombre mais qui ont réussi à influencer leur entourage de manière indéniable. C’est comme ça que madame Schoettel nous a parlé de sa grand-mère qui menait sa famille d’une main de fer et que lorsqu’elle disait quelque chose, c’était parole d’évangile. De son côté Madame Monni raconte que la sienne était une sainte essayant toujours d’arranger les choses pour tout le monde et ce, malgré son mari difficile à vivre. Enfin il y a Madame Richou, membre de l’atelier que Madame Monni voulait citer pour ses aptitudes spéciales. A 101 ans, madame Richou nous raconte que dans les années 30, elle a passé 3 différents permis de conduire : le permis classique, celui de conduite sur circuit et le permis poids lourd. Ces deux derniers lui ont permis de faire de la course automobile et d’évacuer des gens pendant la guerre pour les cacher en campagne.

Une liste très loin d’être exhaustive qui pourrait être complétée par les quelques noms qui ont été cités (Marie Curie, Coco Chanel…) mais qui prouve que le combat des femmes pour la parité réussit à avancer grâce à des icônes autant qu’aux femmes que nous croisons jour après jour dans la rue.


 

Nos seniors nous parlent : Les métiers du Passé

Classé dans : Articles, Maison de retraite | 0

Un atel1ier d’écriture en maison de retraite, c’est aussi l’occasion de découvrir ou redécouvrir des aspects de la vie de nos résidents que nous ne soupçonnions pas. Quand nous nous  intéressons à leur vie d’antan, à leurs occupations, leur famille, nous nous rendons compte de tout ce qui « n’existe plus ». Lorsque Madame Goutelle nous informe que ses parents étaient matelassiers, nous prenons toute l’ampleur de ce que pouvait être le métier d’artisan à l’époque. Les exemples donnés nous rappellent qu’il fut une époque où chacun avait un savoir-faire et que la communauté s’appuyait sur des hommes, et non sur des entreprises.

La vie de tous les jours faisait appel à de nombreux corps de métier. Madame Chabert précise qu’à la campagne, la convivialité était de mise et que lorsqu’un voisin partait au village pour s’approvisionner, par exemple, en charbon, il n’hésitait pas à en ramener pour partager avec ceux qui n’avaient pas l’occasion de se déplacer. Les gens se rendaient énormément service pour se faciliter la vie.

En campagne, ce sont les marchands qui se déplaçaient ! Madame Nan se rappelle de certains annonçant leur arrivée à coups de tambour. Le voisinage se précipitait à leur rencontre pour faire leurs achats.

Habitant en Algérie, Madame Navaro explique que chaque jour, les vendeurs de bois, les lingères et autres passaient pour proposRMN75271CEer leur service.

Pour Madame Rayo, c’est le métier de sténodactylo auquel elle pense quand nous parlons de métier disparu. Les nouveautés technologiques ont forcément modifié notre façon de travailler.

Puis, lorsque nous les poussons un petit peu, les résidentes nous parlent de métiers que nous n’aurions pas imaginés : Livreur de pains de glace, de lait, de charbon… Les maisons étaient équipées pour recevoir l’or noir par des trappes. Il y avait aussi les allumeurs de réverbères ! Chaque soir et chaque matin, cet homme passait avec sa perche pour allumer ou éteindre la source de lumière. Le maraîcher possédait son magasin mais défilait également de maison en maison pour vendre fruits et légumes. Madame Goutelle se rappelle des bruits de clochettes qui annonçaient son arrivée.

Dans le même genre, Madame Martin se souvient des lavoirs et des lavandières. Toutes nous racontent comment les collines de Craponne étaient appelées les « collines blanches », à cause des dizaines de draps étalés dans les champs pour sécher.

Bref, tant de choses qui marquent une époque et qui ont tellement changé. Le tout n’est pas de savoir si c’est mieux ou moins bien, mais simplement de savoir que c’était très différent. Tous ces changements sont une évolution des techniques de travail et des avancées technologiques. Nous en parlerons dans une prochaine réunion…

« Par le fer et par le sang » – Les premières pages.

Classé dans : Articles, Ecriture | 0

Réveillé par le froid de la rosée du matin déposée sur toutes les parties découvertes de son corps, Kinnison fut le premier debout. La nuit ne l’avait pas épargné et tous ses muscles le faisaient atrocement souffrir. Son bouclier en guise de couver­ture, et son épée à portée de main, le chevalier s’était préparé à toute éventualité durant son sommeil. Ses deux compagnons dormaient toujours, d’un sommeil agité. Kinnison se mit sur pied et contempla ce qui lui restait de son ancienne vie : son armure, son épée et sa monture.

La bataille avait été rude, mais plus que cela, elle avait été vaine… Leur armée décimée, leur seigneur vaincu, les trois frères d’armes s’étaient pliés à l’unique solution qui s’imposait à eux : la fuite. Chevauchant toute la nuit pour échapper aux troupes ennemies chargées d’exterminer les survivants du royaume déchu. Mais ces trois-là étaient plus durs à vaincre, plus durs à attraper et après un ultime combat en sous-nombre, alors que le jour mourait, ils avaient pu se réfugier au pied d’une cascade près de la forêt de Fontiane, paysage paradi­siaque dans d’autres circonstances, et  pourtant dernier décor en date symbolisant leur défaite.

Finalement, qu’est-ce qui était le pire ? Cette défaite sans appel ? La mort du seigneur Wien censé être protégé par Hix ? Tout cela était du passé…

Non, en fait le pire était de se retrouver ici, en territoire en­nemi, en fuite avec d’énormes armures et montures frappées du sceau du royaume de Scalia et de Jaspa. Il était conscient qu’il allait devoir se séparer de tous ces attributs autrefois confiés par le seigneur Wien et qui le rattachaient à leur ancien territoire. Mais son glaive ? Non pas son glaive, aucune marque n’y était apposée et pourtant… il était l’unique lien pouvant trahir son appartenance à son ancienne patrie. Il fallait qu’il efface tout lien avec son passé. À partir d’aujourd’hui, il était hors de question de retourner là-bas, sauf peut-être… sauf peut-être pour la vengeance.

Le surnombre, les machines de guerre, tout était de leur côté… Alors quoi ?!

Debout face à la cascade de Fontiane, Kinnison fut tiré de ses pensées par la voix réconfortante de Hix.

  • – N’y pense plus, dit-il.
  • – Comment oublier ? Nos vies étaient vouées à ce royaume, et maintenant…
  • – Je sais, maintenant il faut tout faire pour sauver nos vies et nous faire oublier.
  • – Je suis d’accord, Hix. Mais pourquoi tout a tourné à notre désavantage ?

 

Le visage assombri, Hix effaça cette conversation d’un geste de la main. Levant la tête vers le ciel, et scrutant les envi­rons, il déclara qu’il était grand temps de réveiller Cassidy et de partir. Ce dernier ouvrit les yeux dès que Kinnison prononça son nom, comme s’il ne dormait pas…

Des trois hommes, Hix était celui qui était le plus affecté, celui qui avait le plus souffert de cette bataille, et pour cause, il était le garde du corps du seigneur Wein qui avait péri la veille. Quel déshonneur pour un chevalier ! Il n’avait pas dit un mot depuis la cavalcade de la nuit précédente. Le garde du corps avait chevauché toute la nuit, prenant la tête du groupe et guidant les deux autres à travers bois et champs jusqu’au refuge où ils avaient fait halte.

Toute la nuit, la promesse qu’il avait faite devant l’assemblée des chevaliers de Scalia l’avait hanté. Ce serment qui faisait de lui le garde du corps officiel du seigneur Wein, ce serment qui avait fait la fierté de sa famille. Même son père, très malade à l’époque, avait pu être témoin de la réussite de son fils. Pour atteindre cet objectif, Hix s’était entraîné plus que quiconque, avait passé d’inombrables tests, il avait vaincu ses concurrents à la loyale dans un tournoi officiel. Et son sacre attendu en avait fait l’un des hommes les plus puissants et prometteurs de Scalia. Le jour de sa nomination aux côtés de Wein, tous les chevaliers ou aspirants et les familles importantes du pays étaient présents. Son jour de gloire personnel symbolisait le début d’une nouvelle relation entre Hix et Wein, les amis d’enfance. Son grade lui apportait respect et pouvoir mais son avenir prometteur s’était brisé la veille au soir, lorsqu’il avait failli à son devoir. Tout s’était soudain arrêté, quand devant ses yeux l’âme avait violemment quitté le corps de son seigneur et ami. Wein s’était accroché à la vie comme une flamme mourrante à la mèche d’une bougie. Puis dans un dernier souffle, la lueur s’était éteinte dans ses yeux et avait signé la fin de Scalia et celle de nombreux espoirs.

Il n’y eut aucune contestation quant au fait d’abandonner les chevaux marqués au fer rouge du symbole de Scalia, il en fut évidemment de même pour les armures. En l’espace d’un instant, ces hommes passèrent du rang de chevaliers du pays de Scalia à celui de vagabonds du pays d’Abril, leurs meilleurs ennemis. Même depuis la réunification de Vanissis, ces deux territoires étaient restés en simple tension politique. La nuit dernière, elle avait pris une envergure inattendue…

*

Curieux de connaitre la suite ? Procurez vous le livre sur LULU.com

Envie de concours d’écriture ?

Classé dans : Ecriture, Général | 0

Pour tous ceux qui désirent s’essayer aux concours littéraires.

Pour tous ceux qui ont des manuscrits qui dorment au fond de leurs tiroirs.

Pour tous ceux qui ont besoin de challenge.

Le site enviedecrire.com fait régulièrement la liste des concours de nouvelles ou de poésies sur toute la France. Chacun d’entre eux a ses propres règles, ses délais et ses récompenses détaillés sur la page.

Plus de renseignements directement sur le site.


 

 

Par le Fer et par le Sang – Réédition

Classé dans : Auteur, Ecriture, Général, News | 0

En préparation depuis plusieurs mois, la réédition du roman « Par le fer et par le sang » est enfin disponible feretsangsur LULU.com aux éditions Bibliophage.

 

Deux versions sont disponibles:

Une première classique à couverture souple et une seconde couverture rigide.

 

Dans les deux cas, vous retrouverez de nombreuses nouveautés : la carte du monde,des chapitres, et le début du tome 2 : Les leçons du passé.

 

 

                                      Passez commande ici !

 

 


 

 

 

Profession : Illustratrice

Classé dans : Articles | 0

 

Je l’avais rencontrée en 2006 pour l’illustration de mon roman qu’elle avait brillamment créée.

Depuis, Laura Csajagi a fait son chemin. Vivant entre Lyon et Montréal, Laura collabore de manière récurrente avec la maison d’édition Bragelonne, avec Maxime Chattam pour Autre-Monde, Oksa Pollock et beaucoup d’autres que vous découvrirez sur son site : World of Illustration.

Jetez-y un oeil et dites-moi ce que vous en pensez !

 

barble bleue


 

 

 

Inséparables – Disponible le 1er Octobre (Voir le teaser)

Classé dans : Ecriture, Général, vidéo | 0

 

Le 1er Octobre, le recueil Inséparables, écrit par Raphaël Lévy et Romain Gorce sera disponible sur LULU.com et Amazon.

Vous aurez le choix entre une version numérique ou papier.

 

 

« Six nouvelles pour un univers mélancolique entre rencontres qui n’auraient jamais dû avoir lieu et séparations impossibles. »


 

 

 

1 2 3