Infos Spectacle à Lyon !

Classé dans : Articles, News | 0

 

Samedi 18 avril à 18h, Dimanche 19 avril à 20h30.41TWJHF0WAL
Samedi 25 avril à 17h30, Dimanche 26 avril à 20h30.

Représentations de la pièce SAGA de Tony Benacquista.

 

Séguret, le directeur des programmes d’une grande chaîne de télévision engage 4 scénaristes un peu losers pour écrire une série à petit budget… Leur liberté d’action va donner vie à des personnages loufoques comme Marie et Walter, Jonas ou Fred… La fiction prendra-t-elle son envol ?

 

Avec Delphine Massard, Delphine Boulghobra, Emmanuelle Leroux,Etienne Gabard, Sébastien Pinsard, Axel Musset et Eymeric Lefort.

Au théâtre Le Carré 30 (12 rue Pizay 69001)
Réservez dès maintenant au 04 78 39 74 61.


 

Nos seniors nous parlent : Les Femmes Historiques

Classé dans : Articles, Maison de retraite | 0

 

3Lorsque l’on parle des femmes influentes dans l’histoire, des femmes qui ont marqué leur époque par leurs pensées, leurs découvertes, leur physique ou leur influence, les personnes citées peuvent être surprenantes.

Ainsi à l’Etoile du jour, l’une des premières personnalités à ressortir est Brigitte Bardot. Sa plastique autant que ses talents d’actrice et de chanteuse semblent faire l’unanimité. A la grande époque, Madame Gonnet se demandait même si elle pourrait lui ressembler aussi bien physiquement que moralement, car sa bataille pour sauvegarder les animaux l’a toujours marquée. Le pouvoir que Brigitte Bardot avait sur les hommes, son sex-appeal a marqué l’histoire.

Dans un registre plus classique mais qui pouvait jouer sur les mêmes atouts, les dames de l’atelier ont cité Marie-Antoinette. Elle attirait les regards, était instruite, avant-gardiste. Critiquée parce qu’elle dépensait beaucoup d’argent, à cause de ses amants et de sa coquetterie, elle a inventé des coiffures extravagantes et porté des robes que toutes lui enviaient. Sa montée au firmament et sa descente aux enfers ont cristallisé sa célébrité. Tout comme Jeanne d’Arc qui à une époque pourtant si lointaine a réussi à s’imposer au milieu des hommes pour aller jusqu’à diriger une armée. Ce sont de4s exemples historiques du pouvoir des femmes.

Plus récemment, celle qui récolte toutes les voies grâce à son combat pour les femmes est sans conteste Simone Weill. Toutes s’accordent sur le fait qu’elle a fait avancer comme jamais la condition de la femme par ses lois sur l’avortement. Madame Goyet, Madame Monni, Madame Roux, chacune d’entre elles a senti un changement dans sa vie, quelque chose de concret, de réel. Dans cette lignée, les femmes comme Elisabeth Guigou, Michelle Alliot-Marie, Rama Yade, Angela Merkel font la fierté de la gente féminine par leur poigne et leur classe dans ce milieu si difficile qu’est la politique. Il est vrai qu’avec la poussée du féminisme, il est plus dur de faire ressortir une seule personnalité qu’à l’époque où les femmes étaient réduites à être au foyer.

Puis parmi 5ces femmes remarquables, il y en a certaines qui ne sont connues que d’un petit nombre mais qui ont réussi à influencer leur entourage de manière indéniable. C’est comme ça que madame Schoettel nous a parlé de sa grand-mère qui menait sa famille d’une main de fer et que lorsqu’elle disait quelque chose, c’était parole d’évangile. De son côté Madame Monni raconte que la sienne était une sainte essayant toujours d’arranger les choses pour tout le monde et ce, malgré son mari difficile à vivre. Enfin il y a Madame Richou, membre de l’atelier que Madame Monni voulait citer pour ses aptitudes spéciales. A 101 ans, madame Richou nous raconte que dans les années 30, elle a passé 3 différents permis de conduire : le permis classique, celui de conduite sur circuit et le permis poids lourd. Ces deux derniers lui ont permis de faire de la course automobile et d’évacuer des gens pendant la guerre pour les cacher en campagne.

Une liste très loin d’être exhaustive qui pourrait être complétée par les quelques noms qui ont été cités (Marie Curie, Coco Chanel…) mais qui prouve que le combat des femmes pour la parité réussit à avancer grâce à des icônes autant qu’aux femmes que nous croisons jour après jour dans la rue.


 

Nos seniors nous parlent : Les métiers du Passé

Classé dans : Articles, Maison de retraite | 0

Un atel1ier d’écriture en maison de retraite, c’est aussi l’occasion de découvrir ou redécouvrir des aspects de la vie de nos résidents que nous ne soupçonnions pas. Quand nous nous  intéressons à leur vie d’antan, à leurs occupations, leur famille, nous nous rendons compte de tout ce qui « n’existe plus ». Lorsque Madame Goutelle nous informe que ses parents étaient matelassiers, nous prenons toute l’ampleur de ce que pouvait être le métier d’artisan à l’époque. Les exemples donnés nous rappellent qu’il fut une époque où chacun avait un savoir-faire et que la communauté s’appuyait sur des hommes, et non sur des entreprises.

La vie de tous les jours faisait appel à de nombreux corps de métier. Madame Chabert précise qu’à la campagne, la convivialité était de mise et que lorsqu’un voisin partait au village pour s’approvisionner, par exemple, en charbon, il n’hésitait pas à en ramener pour partager avec ceux qui n’avaient pas l’occasion de se déplacer. Les gens se rendaient énormément service pour se faciliter la vie.

En campagne, ce sont les marchands qui se déplaçaient ! Madame Nan se rappelle de certains annonçant leur arrivée à coups de tambour. Le voisinage se précipitait à leur rencontre pour faire leurs achats.

Habitant en Algérie, Madame Navaro explique que chaque jour, les vendeurs de bois, les lingères et autres passaient pour proposRMN75271CEer leur service.

Pour Madame Rayo, c’est le métier de sténodactylo auquel elle pense quand nous parlons de métier disparu. Les nouveautés technologiques ont forcément modifié notre façon de travailler.

Puis, lorsque nous les poussons un petit peu, les résidentes nous parlent de métiers que nous n’aurions pas imaginés : Livreur de pains de glace, de lait, de charbon… Les maisons étaient équipées pour recevoir l’or noir par des trappes. Il y avait aussi les allumeurs de réverbères ! Chaque soir et chaque matin, cet homme passait avec sa perche pour allumer ou éteindre la source de lumière. Le maraîcher possédait son magasin mais défilait également de maison en maison pour vendre fruits et légumes. Madame Goutelle se rappelle des bruits de clochettes qui annonçaient son arrivée.

Dans le même genre, Madame Martin se souvient des lavoirs et des lavandières. Toutes nous racontent comment les collines de Craponne étaient appelées les « collines blanches », à cause des dizaines de draps étalés dans les champs pour sécher.

Bref, tant de choses qui marquent une époque et qui ont tellement changé. Le tout n’est pas de savoir si c’est mieux ou moins bien, mais simplement de savoir que c’était très différent. Tous ces changements sont une évolution des techniques de travail et des avancées technologiques. Nous en parlerons dans une prochaine réunion…