Les auteurs célèbres et leur mort : Edgar Allan Poe

Classé dans : Articles, Auteur, Général | 0

Edgar A. PoeEdgar Allan Poe 1809-1849

Cet auteur américain, très connu pour ses romans, nouvelles et histoires fantastiques, fait partie du mouvement du « romantisme ».

Je vous passe les grands axes de sa vie que vous trouverez facilement sur le net. Concentrons-nous plutôt sur sa mort mystérieuse.

Tout a commencé avec sa disparition. 3 jours durant, personne n’eut de ses nouvelles jusqu’à ce qu’un homme du nom de Joseph W. Walker (non pas ce Walker là, l’autre) envoie un message au Docteur James E. Snodgrass lui indiquant qu’un individu se faisant appeler Edgar A. Poe et dans un état plus que préoccupant avait mentionné son nom. A cet instant, Poe se trouvait dans une taverne appelée le « Gunner’s Hall »à Baltimore.

Snodgrass, accompagné de l’oncle de l’auteur, vint à sa rescousse et l’amena directement à l’hôpital où il mourut 4 jours plus tard, officiellement d’une congestion cérébrale. Les témoins de l’époque racontent qu’il aurait passé son temps à divaguer, alternant les phases de conscience et d’inconscience…

A partir de là, plusieurs hypothèses virent le jour.

  • Une trop grande consommation d’alcool ? Ajouté à cela, certains mentionnent qu’il aurait été volé et molesté par plusieurs hommes à sa sortie du Gunners’ Hall
  • Des ennuis de santé ? Le Docteur John W. Francis lui aurait diagnostiqué une maladie du cœur l’année précédente. Mais la tuberculose, le diabète, et la rage furent aussi mentionnés.
  • La théorie la plus répandue, et peut-être aussi la plus sinistre, serait qu’en cette période d’élection du shérif, Poe aurait croisé la route de partisans d’un des candidats qui avaient pour habitude de faire boire aux personnes seules un mélange d’alcools et de narcotiques afin de les faire voter dans leur sens sans leur consentement. Il est également possible que pour les pousser à agir, les agresseurs l’auraient frappé. Le cœur fragile d’Edgar Poe aurait succombé…

Par la suite, même dans la mort, une sorte d’ironie malsaine s’empara de sa sépulture. Celle-ci fut dans un premier temps plus que sommaire puisqu’il ne s’agissait que d’une tombe non marquée rapidement envahie par les herbes. Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que sa famille se réveilla pour lui offrir, enfin, une pierre tombale digne de ce nom portant l’inscription :

Au recto, Hic Tandem Felicis Conduntur Reliquae. Edgar Allan Poe, ObiitOct. VII 1849

Et au verso, Jam parce sepulto.

Malheureusement, cette pierre fut… accidentellement…brisée avant même d’être installée.

5 ans plus tard, sous l’impulsion de ses anciens élèves, Poe est inhumé ailleurs et a droit à une vraie cérémonie, une nouvelle pierre tombale… avec cette fois la bonne date de son décès. Et oui, sa famille s’était trompée sur la première.

Les restes de sa famille furent petit à petit inhumés près de l’auteur. Dans les premières années, le monument fut dégradé, remplacé, puis volé avant d’être à nouveau remplacé.

Puis, ENFIN, en 1913, une pierre commémorative est installée…au mauvais endroit… puis repositionnée sur la tombe originelle d’Edgar Poe à  Baltimore avec la citation tirée du poème le Corbeau : « Quoth the Raven, « Nevermore. »  » (Le Corbeau dit « Plus jamais »). Ironie quand tu nous tiens…

Pour l’anecdote à chaque 19 janvier entre 1949 et 2009, un mystérieux inconnu déposait trois roses et une bouteille de cognac sur la tombe.


Laissez un commentaire